19 février 2020 ~ 0 Commentaire

Le Hirak Algérien : Curseur Démocratique et Fabricant d’Espoir !

Affranchi un 22 Février 2019 de sa servitude, le Peuple algérien a saisi cette opportunité historique pour libérer ses envies, ses aspirations et ses rêves longtemps spoliés voire anéantis. Cette révolution populaire a sonné le glas de la division, une épidémie minutieusement préparée dans les officines de l’ancien régime et qui ne trouve dorénavant plus d’échos au sein du peuple. Ni les Polémiques du drapeaux Amazigh, ni la diversité culturelle des algériens n’ont fait mouche. Les Algériens sont devenus immunisés et farouchement hostiles à ce type de manœuvres souvent dilatoires.

 Le Hirak, tel un bon et loyal soldat du changement, a superbement bien étoffé son état de service en un temps record. Sa détermination et son sens des priorités ont lourdement pesé dans le cataclysme politique qui s’en est suivi.la chute du cinquième mandat et de ses produits dérivés, l’annulation des élections à deux reprises, sous le joug d’un régime en quête de recyclage, la chasse aux sorcières des oligarques et politiques véreux à la botte de l’ancien clan, la libération de la parole, l’émancipation du peuple, l’indépendance relative de la justice, le tout arraché au prix de plusieurs semaines de revendications et contestations magistrales et pacifiques.

Le Peuple s’est réconcilié avec l’espoir et peut enfin se projeter dans un avenir qu’il peut désormais, lui-même dessiner les pourtours et en traduire les perspectives.

À Marche forcée, le régime s’est soumis et l’Armée Nationale Populaire y a grandement contribué et que seul l’ingrat peut nier l’accompagnement dont a bénéficié la rue Algérienne. La Sanctuarisation du Harak et sa protection, lui ont procuré une expression libre, une longévité historique sans danger si nous devions comparer les époques et celle d’Octobre 88 en l’occurrence.

Fort de sa domination collective sur la scène politique, publique et médiatique, il a su impulsé une ère nouvelle, celle d’une classe politique renouvelée ou du moins à en devenir. Une évidence suite à la mort subite des prétendus acteurs politiques tels que les partis du pouvoir, de l’alliance et les micros satellites qui orbitaient autour jadis.

Cela fait sens, quand on voit l’absence flagrante de ces partis souvent « créatures d’Einstein » concoctées pour des besoins bien définis aux desseins inavoués. La caducité politique de ces partis, exprimée par une sentence populaire sans équivoque, les ont contraints à chercher désespérément une issue de secours voire un plan de sauvetage, en tentant une solution qui jusque-là, bannie et même honnie ai sein du sérail : « se renouveler », une véritable hérésie à leurs yeux mais devenue vitale et indispensable pour une survie en sursis. Charte graphique, lexique discursif et intervenants bienveillants d’un côté et mouvement correctif interne et fronde de l’autre. Souvent amorcé par une mouvance dissidente en quête de renaissance. Trop tard le Peuple a décidé et le Peuple s’est exprimé et sa sentence est irrévocable.

Cette vague scélérate n’a laissé aucune chance aux hasardeux politiques. Dévastant tout sur son passage tel un raz de marée. L’échiquier politique s’est vu radicalement affecté, quasi vierge et déserté.

Néanmoins, le Mouvement Populaire a hélas commencé à faire preuve de diversité politique entachée par une adversité idéologique, dans une période charnière de son existence.

La démultiplication de paroisses où chacun y prêche sa propre vision, sa propre « science infuse ». Cette divergence des luttes donna plus tard, naissance à une recrudescence tous azimuts des étendards. Une contre-Révolution passive qui a sans doute changé l’essence de ce mouvement à jamais et irréversiblement. Les Sociologues et experts des mouvements Populaires mondiaux, évoquent un cycle de vie type, jalonné par des étapes diachronique : résilience, insurrection, engagement, rupture et changement, le tout coulé dans un moule appelé l’Etat Nation. Mais Ce qu’on oublie de dire c’est que ces cycles demeurent chronophages, rudimentaires, fastidieux mais surtout Graduels et longévifs.

L’élite n’a jamais pu jouer son rôle en raison sans doute à la forme de cette contestation, déterminée par les caractéristiques de la structure sociale qui la compose. Condamnant de fait la stratégie de représentation à l’échec. Une Nouvelle et soudaine catégorie de meneurs autoproclamés s’est accaparée de l’âme de la révolution bénie, pour en dénaturer le message et la finalité. Séparatistes, fédéralistes, religieux, laicards, opportunistes, manichéistes, démocrates non pratiquants, démocrates otages du populisme, transfuges et bien d’autres qualificatifs, d’une mouvance minorée et contenue qui communie dans l’irrationalité, la spéculation politique et les horizons à court terme.

Pourtant le Harak a toutes les cartes en main et doit préserver son âme fondatrice pour se prémunir de toute récupération, instrumentalisation voire revendication de paternité. Les Algériennes et Algériens doivent saisir cette occasion pour faire de cette création, un curseur démocratique, un fabricant d’espoir, une boussole politique, le gardien du temple, en somme le Salut ultime de l’Algérie.

Oui le mouvement doit une nouvelle fois s’affranchir. Se libérer des discours de diseuses de bonne aventure et Saltimbanques politiques de tout genre qui alimentent chaque jour une impasse en défaveur du Harak. Certes des Combats sont à mener, ceux des libertés, ceux de la justice et de l’état de droit, Certes des évolutions positives et relatives ont été observées de la part du pouvoir. Mais pour autant devons-nous nous terrer dans un mutisme politique irresponsable ? Le même mutisme du régime 20 ans durant ? Après le combat de l’immobilisme, place au combat de l’impossibilisme et le pessimisme.

Le Harak doit absolument adopter une approche incrémentale, une feuille de route moins frontale s’il veut déloger le mal de ses racines sans encombres néfastes et irréversibles à la nation. Un mal qu’un simple discours ou posture n’entravera jamais la renaissance.

Un Parlement prolongement du peuple ; en est une première étape. Véritable outil de modération politique, arme efficace contre la mise sous tutelle depuis plus de deux décennies. Cette chambre basse populaire dès lors constituera un parafoudre et permettra d’inviter effectivement les Algériennes et Algériens au dialogue et ses produits dérivés. Et l’outil électorale ? me dira-t-on, l’ANIE demeure en effet une ébauche mais la base est là, il suffit de mettre la main à la patte. L’ANIE me semble-t-il a déclaré récemment, vouloir ouvrir ses portes aux citoyens désireux de s’impliquer factuellment dans cette autorité. N’’est-il pas là un moyen inespéré de s’introduire au cœur de ce mécanisme et le parfaire ? n’est-il pas là l’occasion inespérée de faire émerger une représentativité du peuple par les urnes, n’est-il pas là l’opportunité d’enfin changer les choses et être acteur actif et constructif. La nouvelle configuration de l’assemblée modifiera radicalement la politique gouvernementale et s’inscrira comme un partenaire à part entière de la construction de la nouvelle Algérie inclusive et plurielle !

Le Harak devrait chercher le début de la solution et non la solution instantanée face à un adversaire aguerri et avertis. Un hémicycle légitime et acquis, des parlementaires engagés et dévoués au peuple, le trait d’union qui manquait pour libérer, promouvoir et renforcer le principe du Bottom-Up ou le changement par le bas ! Car le Haut ne peut plus, et le bas ne veut plus, moteur d’une révolution en marche!

B.KH

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

FARE AN KA WULI FRANCE |
UNION LOCALE CGT PESSAC |
CGT FAPT Gironde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le comite libertaire
| RESPOLITIC
| Goldmansucks